L’appropriation par le Grand Orient de France

Une adaptation des rites et parcours de la maçonnerie anglaise aux principes fondamentaux du Grand Orient de France a eu lieu.

Depuis le XVIIIe siècle, au Grand Orient de France, les rites ont été adaptés aux évolutions du Grand Orient de France lui-même dans les loges bleues comme dans les grades après la maîtrise. Deux éléments majeurs sont à prendre en compte : 

D’abord, l’abandon de toutes référence à un être suprême et l’a-dogmatisme comme règle de base de l’obédience. Cela s’est traduit, notamment, par l’intégration de l’article premier de la Constitution dans tous les rituels.  Au colloque du 20e anniversaire en 2022, Alain Bauer rappelait : « Au Grand Orient de France, c’est avant tout la compatibilité entre les affirmations religieuses qui parsèment le rituel anglais et les positions de l’obédience relatives à la liberté absolue de conscience qui ont rendu nécessaire, ici ou là, des adaptations du texte même de ce rituel ».

Ensuite, la mise en cohérence par le Grand Orient de France des parcours après la Maitrise s’est traduite par la mise en place d’un parcours propre au Grand Orient de France qui crée une continuité, inexistante chez les Anglais, entre les Loges de la Marque et les Chapitres de l’Arc Royal.

Nous trouvons également au sein du Suprême Grand Chapitre de l’Ancienne Maçonnerie d’York, Maçonnerie de la Marque et de l’Arc Royal du Grand Orient de France le rite des Mariniers (Nautoniers), les grades Cryptiques, les grades chevaleresques…