Le Maître Maçon de la Marque

Le grade de Maître Maçon de la Marque s’inscrit dans une culture opérative. Il est probablement le plus laïque de notre obédience. Chaque ​Maître Maçon de la Marque doit réaliser une marque qui lui est propre à vie et qui ​restera consignée dans le registre des marques du Suprême Grand Chapitre.

​Le rituel d’avancement à ce grade évoque l’existence de dysfonctionnements dans la ​vie du chantier ou de la société, ainsi que la nécessité de tenir compte de la dimension ​humaine dans l’application de la règle.

​La loge de Maître Maçon de la Marque est présidée par un Vénérable Maître élu. ​Comme D. Jardin, on peut dire « que le grade de Maître Maçon de la Marque est entièrement construit dans un cadre opératif revisité par des spéculatifs ; que ce grade ​reprend des usages anciens de la maçonnerie opérative en Écosse au XVIIe siècle ; qu’il existe une certaine continuité dans le choix d’une marque, de la maçonnerie opérative en Écosse au XVIIe siècle à la maçonnerie spéculative pratiquée dans le nord de l’Angleterre, donc non loin de l’Écosse ».